Rendre le monde meilleur grâce à l'éducation

Les défis du XXIème siècle

Nous vivons dans un monde et une époque à la fois incroyables et pleines de paradoxes. Par le développement rapide et exponentielles des technologies, les majeurs problèmes de l’humanité depuis son apparition sur Terre telles que la famine ou la guerre ne font plus partie de notre quotidien dans les pays développés, et sont en net recul dans le reste du monde. La nature ayant horreur du vide, la résolution de ces problèmes en a créé de nouveaux ou amplifié des problèmes déjà existants: destruction du vivant, épuisement des matières premières, dégradation de l’environnement, accroissement des inégalités sociales… Le système capitaliste actuel basé sur le productivisme et la technologie ainsi que la démocratie, pourtant à l’origine des majeures avancées positives depuis le XVIIIème siècle montre ses limites et est de plus en plus décrié: la faune et la flore disparaissent à un rythme exponentiel et le Marketing promets le bonheur alors qu'il vends plutôt du plaisir immédiat, de courte durée et individuel. 

Les organisations politiques locales ou mondiales, loin d’appliquer de nouvelles solutions concrètes, s’accrochent désespérément à un modèle dépassé même si tout n’est pas à jeter dans ce dernier et qu'il a malgré tout pu nous amener à une société globalement auto-suffisante, faisant du progrès une priorité. Les politiques court-termistes et dictées par la frénésie médiatique d’une société dirigée par l’image, paraissent en effet bien impuissantes à apporter une réponse satisfaisante. Cette situation est d’autant plus frustrante que nous disposons d’un réseau de connaissances immense, théoriquement accessible à tous, et comprenant potentiellement des solutions aux problèmes actuels mais sont mal ou pas utilisés. Le problème ne vient pas tant de trouver une solution, que de changer les gens pour qu'ils soient enclins à changer leurs habitudes et faire évoluer le système politique pour faire évoluer l'humanité. La bonne nouvelle est que ceci est à notre portée.

Cependant, dans un contexte de crises économiques et sociales de plus en plus fréquentes, où les personnes se disent désormais que leurs enfants auront une vie moins bonne que la leur, les populations se replient de plus en plus sur elles-mêmes et ont tendance à accuser "les autres" d’être responsables de leurs maux:. Le monde est de plus en plus divisé et polarisé au point que les populations acceptent de moins en moins une vision différente de la leur, encore plus si elles sont moins sujettes à rencontrer des personnes aux origines et parcours différents. Combinée avec la montée de l’individualisme, on assiste à un affaiblissement de la citoyenneté, consistant à considérer une société et ses communautés dans son ensemble.

"Vous ne pouvez pas espérer construire un monde meilleur sans améliorer les individus"
Marie Curie

Le rôle de l'éducation: fer de lance de l'évolution des sociétés

Si une partie de notre comportement est biologique et instinctive, l'éducation a un grand impact sur ce dernier. L’être humain se différencie en effet des autres espèces animales par sa capacité à apprendre et surtout à transmettre aux futures générations ses apprentissages de manière efficace. C’est cette capacité qui a permis à l’humanité de passer en quelques dizaines de milliers d’années d’une espèce de primates de plusieurs milliers d’individus vivant dans un coin du continent Africain à l’espèce dominante sur Terre comportant presque 8 milliards d’individus et à réaliser des exploits telles que l’accès à l’espace, l’invention des vaccins et l’écriture. 

D’abord orale et désorganisée, la transmission du savoir est devenue plus accessible et plus préservée de l’érosion temporelle grâce à l’invention de l’écriture. L'éducation devint ensuite un outil politique, uniquement réservé aux privilégiés de la société, notamment au Moyen-Age. Elle se démocratisa enfin vers le XIXème siècle en France en facilitant l’accès à l’école devenue gratuite et obligatoire. Ce modèle était néanmoins guidé par un objectif utilitariste à l’époque où l’éducation devait instruire les populations à être des personnes obéissantes et instruites au service de l’Etat Nation. Cette démocratisation de l’enseignement fut cependant extrêmement importante et déboucha sur la période de développement la plus prospère de l’humanité.

 

Presque 2 siècle plus tard, le monde et ses problématiques ont énormément changé mais le système scolaire et éducatif n’a que lui très peu évolué: il se base toujours sur une transmission verticale de connaissances académiques par le travail individuel de l’adulte vers l’enfant où ce dernier est considéré comme une sous-personne avec des besoins et pensées infantiles, qu’il faut transformer en adulte le plus rapidement possible.

 

 

 

 

 

Le monde de l'éducation ne doit pas s'enfermer dans une recette qui a fait son succès dans le passé mais doit sans cesse s'adapter et se réinventer pour préparer les enfants non pas au monde d'hier ou d'aujourd'hui mais au monde de demain, dans une société où l'intelligence humaine est de plus en plus mise en concurrence au profit de l'Intelligence Artificielle.

ArchivesCharmet_BridgemanImages.png
"N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui. Ce monde aura changé lorsqu’ils seront grands"
Maria Montessori

L'apprentissage de connaissances qui a si bien fonctionné, ne suffit plus

L’issue la plus probable menant au salut passe donc par le changement. Ce dernier consiste notamment à changer notre regard sur l’éducation afin de former de jeunes esprits, plus adaptables, autonomes, créatifs et emphatiques. Cependant, afin de faire évoluer l’éducation, il faut tenter de la comprendre afin d’évaluer ses forces et ce qu’il faut en garder, ainsi que ses faiblesses afin de trouver de nouvelles solutions pour y pallier.

L'apprentissage de connaissances, dont l'école est l'acteur principal, est bien évidemment important, mais n'est réellement efficace si ces connaissances sont véritablement utilisées. Cependant, le rythme auquel le monde évolue aujourd’hui est tellement soutenu qu’un savoir appris aujourd’hui a de grandes chances d’être obsolète dans 20 ans. Le tronc commun de connaissances considéré comme nécessaire à l'école est d'ailleurs resté en grande majorité le même depuis le début du XXème siècle alors que les sociétés et métiers sont complètement différents. 

De plus, l’accès aux connaissances qui était autrefois compliqué est aujourd'hui devenu facile et rapide grâce à la digitalisation, mais la quantité de connaissances auxquelles nous faisons face quotidiennement, aussi bien que leur partialité et qualité font émerger de nouveaux problèmes et donc des mesures adaptées.

 

Si l’apprentissage de connaissances reste important tout au long d’une vie, il devient plus nécessaire que jamais de développer nos compétences et personnalité afin d'identifier les connaissances considérées comme importante et utiles, et développer notre jugement afin de trier les compétences valables afin de devenir un apprenant autonome et responsable. Enfin, il existe aussi de nombreuses méthodes adaptées à un grand nombre de profils permettant d'apprendre à apprendre, et améliorant notre efficacité à gérer un grand nombre d'apprentissages. Ainsi, ce n'est plus seulement ce qu'on apprends qui est nécessaire et suffisant, mais aussi ce que l'on sait faire et ce que l'on est.

pexels-pixabay-159751.jpg

Les compétences et le développement personnel: axes de développement complémentaires

Les compétences ou « skills » en anglais regroupent aussi bien les savoirs faires, qui sont la mise en oeuvre des connaissances ou savoir techniques, que les compétences personnelles dites « soft skills » en anglais. Les compétences 4C, dites du XXIème siècle et reconnues par l’UNESCO: Créativité, Communication, Collaboration, pensée Critique, sont d'ailleurs connus et reconnus dans le milieu professionnel et font partie des attributs les plus recherchés par les entreprises dans tous les secteurs d’activité depuis plusieurs années. Pour être apprises, ces compétences nécessitent un apprentissage théorique, mais surtout une mise en pratique importante et régulière Cependant, ces compétences sont peu ou pas travaillés à l'école à cause même du fondement de l'école qui donne la priorité aux connaissances, ou pour des raisons de temps, d'argent ou de formation. Ces compétences peuvent, d'après une partie de l'opinion, relever de la responsabilité de la famille ou entourage de l'enfant. Cependant, ils n'ont très probablement pas le temps nécessaire pour extraire les enseignements des dernières recherches en science de l'éducation, neurosciences et bonnes pratiques des pédagogies alternatives sur le sujet (qui évoluent d'ailleurs rapidement) qui leur permettraient de les enseigner aux enfants.

"L’éducation est non pas une préparation à la vie, l’éducation est la vie même"
John Dewey

Le développement de la personnalité est un processus d’apprentissage long, dont l’objectif est de mener une vie saine, équilibrée et autonome, ancrée dans la collectivité. Cela implique d’abord la connaissance de soi-même: nos forces, nos axes d'amélioration, ce qui nous passionne, ce qui nous révolte, les objectifs à se donner, la détermination nous poussant à ne pas abandonner mais à persévérer... Si la connaissance de soi peut paraitre triviale, à la vue du nombre de jeunes diplômés changeant de voie professionnelle, se déclarant en burn-out ou malheureux, elle permettrait d’éviter beaucoup de souffrance et de temps considéré comme perdu. En parallèle, la gestion des émotions, développement de l'estime de soi et de la confiance en soi, gestion du stress, des problèmes et conflits ont une importance cruciale sur la santé mentale d’une personne tout en la rendant armée à gérer un nombre importants de situations dans une vie. Pour les mêmes raisons que les compétences, le développement de la personnalité chez l'enfant n'est que peu travaillé. Des qualités telles que l’empathie, la citoyenneté ou le sens du devoir, qui sont des caractéristiques chères aux yeux des principes Républicains, sont justement des traits de personnalité à développer au niveau personnel au service du collectif. Paradoxalement, développer les bonnes composantes du soi revient justement à développer les compétences collectives et sert in fine l'état et la nation. Cela implique donc de considérer l'enfant comme un être à part entière au même titre que l'adulte et choisir les enseignements personnels de personnalité qui l'amèneront à avoir une conscience du soi, d'autrui et de la société. 

Si les compétences et développement de la personnalité ne sont que partiellement ou indirectement enseignées à l'heure actuelle, comment les transmettre et les inclure dans l'Education d'un enfant, et par qui doivent-elles être enseignées?

Une nouvelle éducation pour un futur optimiste

Ainsi, on peut considérer les connaissances, les compétences et le développement de la personnalité comme les 3 axes prioritaires et complémentaires d'une Education réussie et reconnus dans la vie personnelle et professionnelle. L'enseignement aux compétences et au développement de la personnalité se doivent donc de prendre plus d'importance qu'elles n'en ont aujourd'hui afin d'atteindre un équilibre bénéfique avec les connaissances. En théorie, rien n'empêche l'école et les familles de développer ces 3 axes, mais le changement est coûteux tant en termes de temps, que d'argent ou d'implication. Ainsi, afin d'aider ces acteurs à assurer au mieux une éducation efficace à jour, des intervenants extérieurs comme KidJeSuis ont les capacités et l'envie de transmettre ces enseignements afin d'être un acteur complémentaire aux participants traditionnels de l'Education.
 

Cet apprentissage devra être en constante évolution, se nourrissant des dernières recherches et bonnes pratiques afin de rester à jour et ne pas se reposer sur ses acquis. Une telle éducation se fera par l'exemple des adultes qui la donneront, les poussant à s'améliorer ensemble dans un climat bienveillant et sûr. Afin de transmettre ces enseignements, ils se feront aussi bien individuellement que collectivement, avec le rôle de l'adulte posé en tant que guide, plutôt que figure d'autorité possédant tout le savoir. Enfin, le fun et le jeu devront toujours être des piliers afin de conserver la curiosité et motivation à apprendre et découvrir de nouvelles choses. 

Venez découvrir nos ateliers pour en savoir plus

"La véritable éducation consiste à pousser les gens à penser par eux-même"
Noam Chomsky
"L'éducation consiste à comprendre l'enfant tel qu'il est, sans lui imposer l'image de ce que nous pensons qu'il devrait être"
Jiddu Krishnamurti